Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://ladystarlightnyc.files.wordpress.com/2009/08/blue-oyster-cult-pictures-1976-rk-3412-049-l-1.jpg

Après quelques concerts, Elektra décide de rompre leur contrat ; Andy Winters quitte alors le groupe et est remplacé à la basse par Joe Bouchard, le frère d'Albert. En 1970 le Stalk Forrest Group livre un grand concert en plein air qui éveille la curiosité de la maison de disques Columbia : un nouveau contrat est signé. Il faut donc, selon la tradition Pearlman, trouver un nouveau nom au groupe : Blue Öyster Cult.

Ils deviennent un groupe à succès durant cette décennie, notamment grâce au titre Don't fear the reaper en 1976. Sous l'impulsion de leurs mentors et producteurs des débuts, Sandy Pearlman et Murray Krugman, ils cultivent une esthétique sombre et un certain ésotérisme hermétique confirmé par leur logo (le Cronos inspiré du symbole astrologique de Saturne. Le tréma ajouté sur le « O » a été à l'origine d'une mode dans les noms de groupes de metal (Motörhead, Mötley Crüe, par exemple...). La musique du groupe est très influencée par Black Sabbath, MC5, les Stooges, et Steppenwolf, selon les propres dires du chanteur Eric Bloom et du guitariste Donald Roeser. L'influence de Black Sabbath est perceptible dans des morceaux comme Cities on flame with rock and roll, ou Godzilla. Celle de MC5 et des Stooges dans Hot rails to hell, figurant sur l'album Tyranny and mutation. Et enfin celle de Steppenwolf dans des morceaux comme The Red and the black, Career of evil ou Subhuman (Blue Öyster Cult reprendra d'ailleurs Born to Be Wild, célèbre chanson de Steppenwolf).
(jedirina1026)

Tag(s) : #1972

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :