Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ZUCCKERO DANS LA COUR DES GRANDS

  Sa véritable ascension débute avec l’album solo Blue's (1987). Il se vend à quasiment un million et demi d’exemplaires de l’autre côté des Alpes. Le disque reste en tête des ventes durant un an et l'Italien rejoint l’un de ses maîtres sur scène, Joe Cocker. Zucchero se révèle à l’Europe entière en 1989 avec le titre Diavolo In Me, justement inspiré d’un morceau du chanteur britannique. Il poursuit sur sa lancée deux ans plus tard avec le méga hit Senza Una Donna. Une chanson qu’il interprétait seul à l’origine - elle figure déjà sur l’album Blue's - et qui devient un gros tube en association avec Paul Young. Après l’album Oro Incenso & Birra (1989), (qui signifie littéralement "Or, Encens et bière") Zucchero publie Miserere (1992). Celui-ci est sextuple disque de platine. La chanson titre est un duo avec Luciano Pavarotti. À cette occasion, ils initient tous deux le projet « Pavarotti & Friends », réunion annuelle de chanteurs à des fins humanitaires.

   Passionné de blues américain, Zucchero file à Los Angeles en 1995 pour enregistrer Spirito Divino. Il s’en vend deux millions d’exemplaires dans le monde, ce qui est un record pour un artiste italien. Quelques mois s’écoulent avant l’arrivée d’un best of qui est, lui aussi, couronné de succès. Les ventes sont par contre plus mitigées pour ses deux albums suivants, Blue Sugar (1998) et Overdose d’Amore (1999). Le chanteur retrouve cependant le bonheur en 2002 avec le disque Shake. Un disque encore une fois réalisé en grande partie aux États-Unis, avec le manager d’Eric Clapton. Cet album contient un véritable trésor : il s’agit d’un duo avec John Lee Hooker, Ali D’Oro, le tout dernier enregistrement du bluesman américain avant sa mort. Comme à son habitude, Zucchero alterne sur cet album titres en anglais et en italien. C’est aussi le cas sur son disque suivant : Zucchero & Co (2004).

Tag(s) : #BLUES

Partager cet article

Repost 0